Ouverture du forum ce 23 avril 2018 !

Partagez | 
 

 Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 3
⊰ Date d'inscription : 16/05/2018

⊰ Résidence : Sans domicile fixe.
⊰ Métier : Mendiante, délatrice, voleuse et escroc à ses heures.
⊰ Croyances : Elle croit vaguement en un dieu unique et aux dieux des pirates.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Mer 16 Mai - 12:46


Blanchon
"Je ne sais pas ce que je veux mais je sais ce que je fuis."


▬ Carte d'identité ▬
Prénom & Nom : Rien de fixe et définitif. N'ayant pas de famille et ayant toujours été surnommé par ses pairs, elle n'a pas vraiment le cœur de s'attacher à ce genre de luxe.
Surnom : L'actuel reste Blanchon. C'est un surnom donné d'abord par les pirates et qui a été ensuite rependu comme une traînée de farine.
Race : Humaine bien que non-vérifiée.
Âge : Son âge dépend plus ou moins de quel âge elle souhaite avoir. Blanchon se vieillit et se rajeunit en fonction de son auditoire.
Groupe : Habitants de la Baie.
Métier : Elle vole souvent, mendie régulièrement, escroque les naïfs et refile ses infos à qui paye bien.
Origines : La Baie des Pirates, très probablement.
Situation matrimoniale : Célibataire.
Lieu d'habitation : Un peu partout. N'importe quel coin sec et couvert peut faire office de paille.

Particularités Blanchon fait partie de la tripotée d'enfants orphelins qui survivent et pullulent dans les rues de la Baie. C'est une enfant très réactive et au caractère impulsif. Aussi, n'étant pas à l'aise avec l'idée que les adultes puissent la penser faible et fragile (et quelque part également dans l'espoir de gagner du crédit auprès des pirates), elle se fait souvent passer pour garçon. Elle sait comment émouvoir les pirates et tente régulièrement de se faire embaucher sur un navire. Toutefois, ce n'est jamais très concluant. Blanchon aime parfois grimper à bord des navire pirates pour tenter de s'y faire embarquer. Là encore, elle est souvent renvoyée à coup de pied au cul.

Religion Blanchon est fascinée par les dieux des océans, à la fois grandioses et terribles. Elle aime écouter les mythes et les histoires des pirates qui viennent traîner leurs âmes damnées dans les recoins des vieilles tavernes de la Baie. Néanmoins, sont esprit d'enfant est bien plus à l'aise avec l'idée d'un dieu unique, habituée aux jérémiades des plus ferventes personnes du port. Elle croit en une espèce de puissance supérieure. En ce Dieu démiurge et aux légendes qui orbitent autour. Mais tout cela la laisse un peu tiède. Comme beaucoup de personnes de la Baie, elle est persuadée que les fées n'existent pas, comme les elfes. Tout du moins, les a-t-il relégués au rang de mythe.

Fréquentations Blanchon fréquente un peu de tout : Des enfants orphelins aux pirates de luxe. Des prostituées aux gardes. Des petits passants aux commerçants excédés. Blanchon n'a pas trop de barrière. Elle sait comment s'adresser aux uns et aux autres et jouer de la pitié ou de la tendresse. Toutefois, elle évite les vampires. Sa plus grande terreur serait de devenir l'une de leurs esclaves.

Blanchon ne sort que très rarement de la Baie et jamais pour pousser le voyage au-delà des Terres Intérieures. Elle ne dépasse jamais les fermes alentours et ignore ce qu'il se trouve au-delà. Elle sait que le camp des Savages se trouve plus au Nord mais elle les voit comme une espèce de tribus d'enfants sauvages et cannibales, un peu idiot et complètement à côté de la plaque qui tuent les pirates pour leur bon plaisir. Blanchon n'est pas très ouverte à l'idée d'aller à leur rencontre.

Amour Blanchon n'a pas vraiment d'exemple d'amour à donner. Elle considère les autres orphelins de la Baie comme des frères et sœurs et c'est là toute l'affection qu'elle connaît. Blanchon ne s'attache presque jamais, obsédée par ses propres intérêts. Elle trahi aisément pour peu qu'elle a quelque chose à y gagner. Sa survie est son principal leitmotiv et seul le bien-être de ses frères et sœurs l’intéresse. Elle se considère comme l'une des grande sœurs, prête à intervenir à la moindre échauffourée. Elle ramène de temps en temps une part de son butin journalier aux enfants les moins aptes à se nourrir pendant que les autres filles orphelines s'occupent en général des bébés qu'elles trouvent dans la rue – la plupart, évidemment, décèdent de maladie, de faim, de froid ou d'une maladresse d'enfant.

L'amour tel que les adultes l'entendent la répugne. N'ayant aucune conscience de sa signification, elle assimile très facilement les sentiments amoureux à la faiblesse. Les tendresses mielleuses à la sexualité telle qu'on peut la voir au quotidien sur la Baie. Aussi n'aime-t-elle pas qu'on la prenne dans ses bras, qu'on lui donne des surnoms affectueux ou sentir le regard prédateur des hommes sur n'importe quelle femme. Toutefois, ses sentiments lui échappent et il peut arriver qu'elle tombe sous le charme de l'un ou de l'autre pirate ou orphelin. Généralement, elle-même n'en prend pas conscience et se contente d'être particulièrement agaçante et envahissante.

Passez la souris sur l'image
Tous les matins, elle mendie devant la boulangerie. Le boulanger la chasse avec des sacs de farine pourrie. Elle est souvent tâchée de farine, ce qui lui a valu de se faire surnommer Blanchon (vieille référence au bébé du loup des mers) Connaît la Baie comme sa poche et sait tout ce qui se dit et tout ce qu'il s'y passe. Essaie régulièrement de se faire embaucher sur un bateau pirate, toujours vainement. N'a jamais voyagé au-delà des fermes des Terres Intérieures. Durant la Quête de Jouvence, elle vit très bien, profitant de tous les touristes pirates qui ne la connaissent pas encore. Très bonne en affaire, elle sait comment tirer profit de toutes les situations. Fascinée par la magie. Mais ne croit ni aux fées, ni aux contes de fée. En revanche, elle adore se nourrir des histoires abracadabrantes des pirates. Craint les vampires qu'elle assimile plus ou moins à un genre de Croquemitaine. Les gardes savent qu'elle a toujours de bonnes informations et ils font souvent appelle à elle, lui offrant régulièrement une partie de leur repas, durant leur pause de midi. Il lui arrive de monter illégalement sur un navire pirate mais s'en fait correctement chassé. A déjà tué des adultes. Le meurtre ne lui fait pas peur. Ignore qui sont ses parents. A été élevé principalement par les autres orphelins de la Baie. Elle n'a aucun souvenir avant ses 6 ou 7 ans. Ce qui est une indication très vague puisqu'elle ne connait pas son âge exact. Néanmoins, elle fête son "anniversaire" (à savoir le jour où elle fut trouvée) avec d'autres amis. Elle aime imaginer qu'elle serait en vérité la fille d'un capitaine pirate. Ce qui est relativement peu probable. Ne sait ni lire, ni écrire. En revanche, elle a apprit à compter grâce à l'argent. Elle sait compter jusqu'à 60 avec une certaine aisance. De toute façon, étant très pauvre, elle n'a jamais eut besoin de compter au-delà de 60 pièces d'or. Elle traîne souvent sur le marché où elle opère ses petites rapines discrètes. Une partie de son butin revient toujours à ses amis orphelins les plus jeunes. Connait les meilleures cachettes de la Baie. Ne sait pas se battre à l'épée. Mais elle n'a, de toute manière, pas besoin de savoir faire des passes d'escrime pour trancher la gorge d'un ivrogne. Fait beaucoup de cauchemars. Elle se glisse souvent sous les tables de la taverne, l'endroit idéal pour récupérer ce que font tomber les clients et éventuellement leur détrousser leur sac. Généralement, ceux qui la prennent en flagrant délit n'ont jamais vraiment le temps de la rattraper. Elle est aussi agile et rapide qu'une anguille. On la traite souvent de Petit Diable. Son meilleur numéro de mendicité est celui de la petite fille aveugle aux pouvoirs de médiumnité. La plupart s'y laissent avoir. Elle peut également parfois organiser   Elle organise également parfois des bonneteaux truqués sur le marché, quand elle peut s'assurer d'un complice ou deux. Elle a beaucoup de voix et un aplomb de comédienne. Anecdote

▬ Psychologie ▬
De l'avis général de ceux qui la connaissent, Blanchon est une petite teigne. Coléreuse, avide de prouver sa valeur et régulièrement fourrée dans les coins malfamés de la Baie, cette gamine semble toujours savoir ce qu'elle veut. Assez déterminée et inconsciente, elle ne connaît pas d'hésitation et fonce là où bien d'autres reculeraient. Elle ne semble pas connaître la peur ou la cache-t-elle très profondément en elle. Habituée aux vieux loups de mer et à vivre à la dure, Blanchon sait que son salut se trouvera dans l'audace. Elle prend sa chance et laisse aux autres le soin des réflexions interminables qui paralysent les couards et les idiots.

Néanmoins, a-t-elle appris que l'action ne la sauverait pas de toutes les situations. Elle connaît la Baie comme sa poche. Ses habitants, les pirates, les cachettes les plus insolites. Observatrice et l'oreille toujours tendue aux rumeurs et aux informations gratifiantes, Blanchon s'aide de la naïveté des adultes pour se faire payer repas, délation et quelques privilèges de la part des gardes. Ces derniers la connaissent et font souvent appel à ses services. Les pirates aussi. Blanchon sait marchander et tirer le maximum de profit du peu qu'elle a à offrir. Jouant les crédules, elle manipule aisément ceux dont elle souhaite s'offrir la protection. Ses petites passes sont d'une efficacité redoutable et ses conseils sont précieux pour survivre sur la Baie lorsqu'on est un enfant sans famille. Les dangers sont nombreux et si compter sur sa chance fait partie de ses très nombreuses astuces, elle sait que le karma est souvent une petite traînée.

Blanchon joue de nombreux rôles sur la Baie. Mais une fois le masque de l'hypocrisie retirée, cette enfant est une véritable petite tornade d'injures vulgaires et que même les pirates pourraient lui envier. Fascinée par ces derniers, elle aime traîner plus que de raison à leurs tables, dans les tavernes et se fait souvent chasser par le taulier. Blanchon n'en peut plus de voir les mêmes choses et et rêve de connaître la grande Aventure, comme de trop nombreux enfants. Les pirates n'ont que l'embarra du choix et celui de Blanchon, l'impétueuse, l'indisciplinée, est toujours celui que l'on fait en dernier. Alors ne nourrit-elle de leur présence dès qu'elle le peut et joue de ses connaissances et de ses capacités à espionner pour attirer l'attention sur elle. Parfois avec succès. Souvent en dépit de tout sens du raisonnable.

▬ Talents  ▬
Blanchon n'a pas de véritable maîtrise des armes. Souvent, les pirates aiment lui apprendre comment fonctionne un pistolet, les lui tenant entre ses mains. Mais la poudre est précieuse et les connaissances de Blanchon ne sont que pure théorie. Jamais n'a-t-elle put utiliser l'un de ces revolver d'elle-même. Il en va de même pour l'usage des épées et des lames. Blanchon possède une petite épée courte. Un genre de très long poignard qu'elle a volé, un jour, sur un cadavre. Elle possède également un petit couteau à fromage qui ne lui sert pas tant que ça. Ces deux armes sont ses seules dernières défenses en cas de pépins. Mais n'ayant jamais reçue de véritable formation, elle serait bien vite désarmée au cours d'un véritable duel.

En vérité, les talents de Blanchon orbitent d'avantage autour de la Baie et des meilleures techniques de rapines. Le doigt léger et le pas leste, Blanchon est une excellente voleuse, agile et assez fluette pour s'enfuir et se glisser dans des cachettes insolites pour mieux profiter de son butin.

La jeune fille est également versé dans les secrets de l'escroquerie et de l'espionnage. Se traînant là où les informations circulent, elle est au courant de tout ce qu'il se passe et de tout ce qui se dit dans la Baie. Elle fréquent suffisamment la table des gardes pour pouvoir écouter leur conversation. Il en va de même avec les pirates et le reste des adultes. Jouant les simples d'esprit, elle ne représente jamais vraiment un danger pour les grands. Aussi, utilise-t-elle ses formidables informations pour s'acheter protection ou repas auprès de qui serait prêt à le lui payer. Blanchon connaît ainsi la Baie comme personne et peut aisément servir de guide en échange d'une pièce ou deux.

Manipulatrice et bonne comédienne, il peut arriver qu'elle se mette en scène pour d'audacieux braquages ou des escroqueries bien huilées. Elle joue facilement de ses charmes puérils et sait feindre l'enthousiasme candide.

▬ Derrière l'écran ▬
Cf. Fiche d'Altaar Uldriel

Recensement de l'avatar
Maisie Williams feat Blanchon
Code:
<pris>●</pris> <b>Maisie Williams</b> feat <a href="http://nowherelandrpg.forumactif.com/u16"><i>Blanchon</i></a>

code by Sybline


Dernière édition par Blanchon le Jeu 17 Mai - 12:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 3
⊰ Date d'inscription : 16/05/2018

⊰ Résidence : Sans domicile fixe.
⊰ Métier : Mendiante, délatrice, voleuse et escroc à ses heures.
⊰ Croyances : Elle croit vaguement en un dieu unique et aux dieux des pirates.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Mer 16 Mai - 12:49


Il était une fois ...


« Approchez, approchez ! Tentez vôtre chance au bonneteau ! Pas de perdants, que des gagnants ! N'hésitez plus, les riches et les pauvres, enfants et adultes, tous sont égaux face au destin ! »

Un petit garçon, assit en tailleur à côté d'une table de fortune, tournait inlassablement la manivelle d'une petite boite à musique. Un peu courbé, le visage fermé et les yeux dans le vague, il semblait faire la mauvaise imitation du simple d'esprit. Un autre enfant hurlait dans la rue, agitant des bras, grand sourire avenant. Cheveux courts et vieilles fripes rapiécées, il annonçait dans un joyeux tintamarre le petit show. Ils invitaient les passants qui ralentissaient leur pas pressé devant cette petite curiosité planté au milieu du marché. Sur une petite planche en bois soutenue de deux briques, une jeune fille faisait tourner trois cartes retournées. Le joueur, un pirate à la barbe drue et aux épaules très carrées, en était à sa cinquième partie.

« Oooooh... Encore raté ! Quel dommage ! » La mauvaise carte fut retournée. C'était partie pour un autre tour.

« Aller aller ! Cette fois, c'est peut-être la bonne, messire ! »

Blanchon était à côté et vociférait ses encouragements dans l'oreille du pirate qui essayait de se concentrer. Parfois, il lançait des regards de mort sur Blanchon, espérant qu'il se la ferme. Mais l'enfant continua de plus belle.

« Aaah ! Saurez-vouuus retrouvez la caaarte gagnante et toucher le gros loooot ? »

Il perdit encore la partie. Le pirate s'énerva. On entendit derrière que le jeu était truqué. D'autres voix s'élevèrent dans la foule de spectateurs.

« C'est truqué ! Le jeu est pipé ! »

Le pirate, à bout de nerf, voulut que les enfants retournent les trois cartes. Car cela faisait au moins un quart d'heure qu'il n'avait pas vu l'ombre d'une dame de pique. Blanchon rit joyeusement.

« Allons, messire ! Ne vous laissez pas distraire par les mauvaises langues ! Retentez votre chance ! La roue tourne ! »

Mais il insista tant et tant que les enfants se turent. Ils se regardèrent. D'un signe discret, Blanchon leva le doigt. La fillette derrière le comptoir attrapa l'ensemble de ce que le pirate avait misé en repliant la nappe d'un geste vif. Alors qu'elle s'enfuyait à toute allure, Blanchon attrapa sa rapière et fendit le tendon du bougre et s'enfuit dans la cohue médusée.

« Attrapez-les ! »

La garde fut rapide à réagir mais les enfants glissèrent aisément dans un petit conduit qu'un adulte bien portant ne pourrait jamais atteindre. Se faufilant derrière le pâté de maison, ils entendaient les cris des adultes. Un coup de feu retentit derrière eux.

Blanchon et sa petite troupe retrouvèrent très vite leur refuge, leur Nid pour compter leur butin. Le Nid était une cachette enfoncée entre deux maison, dont l'une était abandonnée. Ils y avaient un petit terrain en extérieur et la maison abandonné était dans un tel état qu'un trou permettait d'y pénétrer. C'était là que les enfants dormaient la plupart du temps. Ils s'installèrent autour d'un vieux tabouret moisi qui leur servait de table. Quelques pièces, deux ou trois objets sans valeur et un couteau à fromage taillé dans de l'ivoire. Une pierre précieuse faisait partie du lot mais les enfants n'auraient pas pu la revendre sans que ça paraisse suspect. Elle fut jetée dans leur petite cachette où ils amassaient tous les trésors bien trop précieux pour être traités.

Quand un enfant devenait adulte, qu'il trouvait une famille, un travail ou s'engageait dans la piraterie et qu'il quittait le Nid, il avait droit de prendre un seul objet de leur planque. Un seul. Pour Blanchon, ce jour-là lui semblait si loin qu'elle s'en agaçait.

La naissance de Blanchon est un mystère. Recueillie par les enfants orphelins de la Baie, elle avait l'impression qu'elle n'avait jamais vraiment eut de père, ni de mère. Sa naissance lui semblait être un concept abstrait. Si elle était certaine d'avoir au moins une mère quelque part – ou peut-être était-elle morte ? - il lui semblait que sa vie ne commença vraiment qu'au jour où elle fut accueillir au Nid.

A l'époque, les enfants l'avaient appelé Louve. Parce qu'elle mordait souvent pour se défendre et qu'elle grognait. C'était une petite terreur qui aimait se battre et qui attirait beaucoup d'ennuis. Souvent, ses butins étaient excessivement gros pour ce que le Nid pouvait en faire et finalement, faisait orbiter autour du groupe des scandales dont ils se seraient bien passés.

Mais Brindille l'aimait bien. C'était un adolescent très très grand. Il était maigre et on voyait ses os rouler sous sa peau ternie. Brindille n'était habillé que d'un vieux pantalon rapiécé et noir de crasse qu'il faisait tenir à la ceinture par une corde grossière. Pour le peu de dents qui lui restait, Brindille avait le sourire coloré. De noir et de crasse. Ça virait vers des couleurs ocres et sous certaines lumières, la naïveté de Louve se laissait convaincre qu'il s'agissait de dents en or. Quand Brindille lui en parlait, il la forçait à prendre soin des siennes « Si tu ne veux pas finir par ne manger que de la soupe », assurait-il par des clins d’œil de malice. Brindille était le plus grand et le plus intelligent d'entre eux. Il avait toujours les meilleures techniques et personne n'était aussi doué que lui pour la rapine. C'était lui qui décidait et lui qui les sauvait toujours. Il avait pris Louve sous son aile. Au début, il voulut lui apprendre à s'occuper des plus jeunes et à faire la cuisine. Parce que c'était le rôle des filles, dans le Nid. Mais Louve n'était pas de cet avis et insistait toujours fermement pour l'accompagner sur le port. Brindille en était secrètement ravi bien qu'il s'inquiétait du tempérament impulsif de sa jeune amie.

Brindille était accompagné presque toujours de son meilleur ami. Oliver était un garçon mieux portant. Il avait un chapeau haut de forme déchiré et une veste trop grande pour lui. Louve trouvait que ce chapeau était ridicule : On aurait dit une soupape prête à siffler. Parfois, quand Oliver s'énervait, elle imaginait de la fumée qui sortait de son chapeau et se mettait à rire très fort. Oliver s'énervait encore plus et pouvait bouder pendant des heures avant que Brindille ne réussisse à le calmer. Oliver avait connu ses parents mais il ne disait jamais la vérité. Parfois, son père était un pirate. Parfois, il disait qu'il était le fils bâtard du Maire et d'une prostituée. Parfois, il était l'enfant d'une histoire d'amour tragique. Et certaine fois, il disait que ses parents avaient été dévorés par les vampires ou qu'ils l'étaient devenus. Oliver adorait raconter des histoires. Il était le comédien de la troupe. Souvent, après le repas du soir, tout le monde se rassemblait en cercle pour l'écouter parler. Il avait le don de narration. Il agitait grand les bras, faisait peur ou feignait de chuter pour faire rire la galerie. Une fois, tout le Nid s'était motivé pour créer un petit théâtre de marionnette. Fleur et Constance s'étaient occupées des décor. Elles avaient également prêtées quelques-unes de leurs nombreuses poupées – elles les volaient à des enfants dans la rue et en faisaient la collection – et les avaient grimé pour le show. Brindille avait tout organisé au poil de cul. Et c'était Oliver qui avait imaginé l'histoire et avait fait la plupart des voix. Louve avait fait la voix du Méchant Maire qui traquait les pauvres orphelins, ainsi que celle du Gentil Clochard qui les aidait tout le temps. Louve avait une voix déjà très grave pour son âge et une aisance dans la comédie. Évidemment, l'histoire terminait bien pour les gentils orphelins qui étaient devenus les rois de la Baie et tous les pirates les respectaient. Le Méchant Maire et son assistant le Très-Gras-Conseiller s'étaient fait chasser et dévorer par les vampires. Mais les vampires, empoisonnés par le sang vraiment pas bon du Méchant Maire et du Très-Gras-Conseiller, finissaient tous par mourir.

Tout était bien qui finissait bien, dans le meilleur des mondes.

Un jour, ils entendirent du bruit dans le conduit. Brindille n'était pas là et ce fut Oliver qui avait pris les décisions. Parce que ça se rapprochait, se rapprochait, se rapprochait. Jusqu'à ce qu'une main fripée et griffue, semblable à une serre, ne sortent du conduit, faisant hurler toute la petite famille. Ses épaules maigres et osseuses se glissèrent à travers la sortie et un crane dégarni, parsemé de cheveux blancs, sortit de là. On aurait dit un monstre. Tous les enfants sortirent de quoi se défendre. Tous. Louve attrapa sa rapière et recula. Oliver et sa large épée courte en firent de même et Fleur et Constance vinrent taper sur l’intrus avec leurs petites poupées de chiffon. L'étranger grogna fort mais continua de râler des « N'ayez pas peur, n'ayez pas peuuur... » Un peu paniqué. Mais c'était trop tard. Les enfants, paralysés devant le spectacle de leur antre souillé, se collèrent à l'angle de leur petit jardin. Louve, incapable de rester les bras ballants décida d'en finir. Elle vint s'asseoir sur le dos du vieux monsieur. « Je suis venu pour vous aider, les enfants ! Ne soyez pas timide ! » Louve posa sa lame sous sa gorge. « Non non non non non ! » Et d'un geste vif, la lui trancha.

Le vieil homme tomba en s'étranglant, se tenant la gorge et voulant rouler et rouler pendant qu'une marre de sang s'étendait sur la surface du jardin et colorait son visage et ses épaules. Louve s'était levée, ahurie, et fut récupérée par Oliver qui la colla très fort contre lui, comme un grand frère inquiet. Elle regarda le corps du vieillard se vider littéralement de sa vie, les yeux ronds et la bouche en O. Son premier meurtre. Louve avait déjà vu des cadavres à la Baie, entre les crèves-la-faim qui mourraient sur le bas-côté et les victimes de règlement de compte, sans parler des pirates exsangues que certains vampires tuaient et laissaient flotter dans l'eau du port, la nuit. Mais cette vision de l'Enfer lui apparut fascinante et il lui semblait qu'elle apprenait qu'elle aussi pouvait tuer. Qu'elle aussi pouvait avoir du pouvoir. Qu'elle n'était pas impuissante. Elle pris conscience de la futilité de la vie. De sa tragique fragilité, toute lovée dans les bras d'Oliver. Et quand le vieillard eut finit de crier comme un goret, un silence retomba sur le Nid. Ils déposèrent le cadavre plus loin et tentèrent de nettoyer le sang. De longues tâches brunes persistaient néanmoins. Quand Brindille revint, le soir, les plus grands organisèrent une réunion. Il y avait bien sûr Oliver et Brindille. Mais également Babette et Chandail. Ils discutèrent longtemps avant de prendre une décision : Il fallait quitter le Nid. C'était la règle. S'il était découvert par n'importe quel adulte, il fallait le changer.

Quelques jours plus tard, les enfants trouvèrent un nouveau Nid. Cette fois-ci, il s'agissait d'une grande maison abandonnée. Immense ! Tous sautèrent de joie parce qu'il y avait des endroits pour grimper, un grand jardin pour faire un feu de camp et qu'à l'intérieur, on pouvait courir partout sans se tamponner ! C'était si grand qu'on aurait dit un château. Le plafond était très haut et la maison abandonnée était très mal isolée du froid. Mais il faisait rarement froid sur l'île et les enfants trouveraient vite un moyen de se réchauffer.

Pour accéder au Nid, ce n'était pas facile. Il fallait passer par une trappe secrète où seul un enfant pouvait passer. Il fallait aussi grimper le mur de lierre jusqu'au petit trou qui donnait sur un escalier intérieur très maigre en pierre. Ce dernier descendait alors directement à leur repaire. Cette fois, personne ne pourrait entrer dans leur permission ! Les grands en étaient sûrs. Mais les plus jeunes avaient eut très peur. Louve regardait la trappe pendant des heures, parfois, en jouant avec sa rapière. Le regard fixe comme si quelqu'un allait en sortir. Elle était terrifiée. Si quelqu'un avait pu pénétrer leur Nid une première fois, quelle assurance avaient-ils que cela ne se produirait plus ? Elle en devenait paranoïaque et la nuit, elle entendait des bruits de bois qui grince et qui craque. Alors, elle se levait en sursaut et courrait très vite jusqu'à la trappe, prête à tuer celui qui oserait pénétrer leur refuge secret. Mais jamais rien. Pas d'intrus. Elle allait se recoucher, perplexe, comme si on lui faisait une mauvaise blague.

Il fallut longtemps, à Louve, pour être convaincue que personne ne viendrait les déranger. Qu'ils étaient en sécurité et que leur abri ne serait plus souillé par une autre présence que celle des orphelins de la Baie. Le temps passa doucement. Louve grandissait et avait changé de nom. Elle fréquentait souvent les pirates et la garde qui lui donnaient à manger et quelques pièces quand elle faisait un numéro satisfaisant. Elle avait compris que tout se marchande et comprenait leur manière de réfléchir. Mais plus que tout : Louve était fascinée par les histoires de pirates qu'elle racontait ensuite à Oliver qui les adaptait à leurs contes quotidiens du soir. A force, Louve finit par se faire appeler Blanchon par les pirates dont certains semblèrent adopter avec tendresse son caractère de chien. Comme Louve mendiait sous la fenêtre du boulanger presque tous les matins et venait ensuite manger le fruit de sa mendicité à la taverne, elle était toujours couverte d'une bonne couche de farine moisie. Le boulanger en avait marre de ce petit gars qui venait faire la manche auprès de ses clients et lui faire si mauvaise publicité. Les pirates riaient beaucoup de cette anecdote. Ils comparèrent l'enfant à un bébé loup de mer. A cause de sa hargne. De son insolence. Et sans doute aussi de sa vive éloquence téméraire.

Lorsqu'elle rentra au Nid et qu'on l'appela Louve, elle corrigea victorieusement, fière de son nouveau nom. « Je m'appelle Blanchon. » Un peu surpris, l'assemblée lui demanda pourquoi, comment et Blanchon expliqua. Les enfants, tout comme Blanchon elle-même, ignoraient l’existence des phoques. Quand Blanchon avait entendu « Loup des mers », elle s'imagina quelque part un animal étrange entre un poisson et un véritable loup. Et tous pensèrent qu'il existait véritablement de telles créatures. Blanchon assura : « Un jour je serai pirate et je verrais des loups des mers ! » Cette promesse terrifia les plus jeunes qui la prirent dans ses bras pour qu'elle reste au Nid. Les plus grands comprenaient aisément que Blanchon avait grandit et qu'elle avait atteint un stade important dans la vie d'un orphelin.

Au cours de leur vie, les orphelins – et sans doute tous les enfants – grandissaient et passaient par des seuils. Lorsqu'ils arrivaient au Nid, ils étaient bien, en sécurité. Ils trouvaient une véritable famille à laquelle se raccrochait. Ils pensaient tous qu'ils ne quitteraient jamais le Nid. Ils pensaient qu'ils ne grandiraient jamais. Qu'ils resteraient d'éternels enfants. Puis, lorsqu'ils commençaient à grandir, leur regard ne pouvaient plus se contenter de cette vie-là. Ils rêvaient d'indépendance. Ils ne voulaient voler seulement pour le groupe. Ils se gardaient un peu de leur butin parce que « c'était à eux ». Blanchon était dans cette étape de sa vie où elle s'émancipait du groupe. Où elle commençait à dormir dans d'autres cachettes et ne revenait parfois que des jours plus tard. Elle se cherchait une vie à elle. Qu'elle aurait choisi. Puis, venait fatalement le jour du Départ. Quand les enfants deviennent grands et qu'ils trouvent enfin leur voie. Ce jour-là arriva pour Oliver et Brindille. Pour Babette et Chandail.

Les grands abandonnèrent petit à petit le Nid pour voler de leurs propres ailes. Blanchon devenait l'une des grandes. Elle avait le droit d'aller aux réunions et pouvait prendre des décisions. Quand Oliver et Brindille quittèrent le Nid pour rejoindre un bateau pirate, Blanchon retint ses larmes. Ils prirent respectivement un livre de conte – bien qu'Oliver ne savait pas lire, il adorait inventer des histoires à partir des illustrations dans les pages - et un grand chapeau à plume qui allait à ravir à Brindille.

Blanchon, depuis le port, observa ses deux camarades s'éloigner dans l'horizon de l'Orée Océanique. Elle aussi, elle voyagerait, un jour. Elle s'en fit la promesse. Peut-être même retrouvera-t-elle ses vieux amis, d'ici quelques années. Alors, pleine d'espoir et de vision d'avenir radieux, elle s'en retourna au marché où la misère l'attendait.


code by Sybline


Dernière édition par Blanchon le Jeu 17 Mai - 12:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 41
⊰ Date d'inscription : 09/05/2018

⊰ Résidence : là où le vent l'emporte
⊰ Métier : mage
⊰ Croyances : croit au esprit de la nature


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Mer 16 Mai - 13:00

Bienvenue ! Fighting pour la fiche :3 amuses toi bien sur l'ile de nulle part :3
Revenir en haut Aller en bas

avatar


FONDATRICEImaginative Girl


Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 209
⊰ Date d'inscription : 16/01/2018

⊰ Age : 31

⊰ Résidence : Londres puis l'île de Nulle Part
⊰ Métier : Ecrivaine en herbe, travaille à la boutique de livre de sa mère durant son temps libre et encore lycéenne
⊰ Croyances : Elle croit en la magie mais pas au Dieu Unique.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Mer 16 Mai - 13:08

Bienvenue Blanchon ^^ Bonne chance pour ta fiche ^^ si jamais tu as des questions n'hésite pas à me mpotter ou me retrouver sur la box. Tu as une semaine pour faire ta fiche mais tu as également droit à deux délais ^^


Code by Sybline
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 42
⊰ Date d'inscription : 27/04/2018

⊰ Résidence : A bord du The Nameless ou dans un port.
⊰ Métier : Pirate, apprenti maître-coq.
⊰ Croyances : Envers les esprits des mers et des océans.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Mer 16 Mai - 13:11

Bienvenue sur le forum Blanchon ! Je suis déjà amoureux... mais pas un mot à Taima!

Ce perso a l'air super intéressant, j'ai hâte de découvrir ce que tu nous réserve.
Revenir en haut Aller en bas

avatar




Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 3
⊰ Date d'inscription : 16/05/2018

⊰ Résidence : Sans domicile fixe.
⊰ Métier : Mendiante, délatrice, voleuse et escroc à ses heures.
⊰ Croyances : Elle croit vaguement en un dieu unique et aux dieux des pirates.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Jeu 17 Mai - 12:18

Kahlan et Lexie, merci ♥️ Du coup, ce sera un "rebienvienue" xD ! Désolé pour la surprise, je rempli toujours la dernière partie à la fin !

Alpha, ne dit pas des choses pareils D8 Déjà parce que je suis trop jeune pour tomber amoureuse et puis... Taima va me tuer si elle apprend ça èé

En tout cas, j'espère que ma fiche vous plaira ! Je l'ai enfin terminé et j'ai très hâte de jouer avec vous ♥️ Des bisous !
Revenir en haut Aller en bas

avatar


FONDATRICEImaginative Girl


Voir le profil de l'utilisateur

⊰ Messages : 209
⊰ Date d'inscription : 16/01/2018

⊰ Age : 31

⊰ Résidence : Londres puis l'île de Nulle Part
⊰ Métier : Ecrivaine en herbe, travaille à la boutique de livre de sa mère durant son temps libre et encore lycéenne
⊰ Croyances : Elle croit en la magie mais pas au Dieu Unique.


Personnage
Compétences/Pouvoirs:
Relations:
Inventaire:



MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   Ven 18 Mai - 10:25


Félicitation !

Tu fais parti des Inhabitants of Pirate Bay


Ah ben pour une surprise ^^ Elle est bien intéressante la petite ^^ J'ai hâte de la voir en action ^^

Te voilà validé mon petit padawan. Il ne te reste plus qu'à créer des scénario ici si tu en as besoin ou aller poster ta recherche de pré-liens ici, demander un lieu ici ou recenser ton métier si tu en as un. Si pas, pas grave, tu peux toujours jeter un œil à la liste des métiers pour t'en trouver un plus tard. N'oublie pas de te créer des liens et tenir à jour votre liste de rp et commencer le rp ^^ Ah oui, si tu veux un joli petit rang personnalisé, viens nous le dire ici mais aprés être passé dans la boutique de Taythron. Fais attention, il adore marchander. Et n'hésite pas à venir voter pour le forum.

Bon jeu à toi !



code by Sybline


Code by Sybline
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut payer le Diable et piller le devant ft. Blanchon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corne du Diable = Psycopathe
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.
» Il faut vivre.
» [Tutoriel]Comment payer ces impôts?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île de Nulle Part :: Poor unfornate souls :: Carte d'identité :: ⊰ Fiche terminée
-
Sauter vers: